Navigation des articles

Le tofu

Le tofu est un produit dérivé du soja. Sa texture est semblable à de la feta et seul, cuit ou cru, le tofu est sans saveur. Bref à première vue, il ne fait pas rêver grand monde !

Alors pourquoi parler d’un tel produit ? Et bien parce qu’il cache bien son jeu le saligaud… En effet il suffit de le connaître un peu pour en faire un ingrédient clé de votre cuisine, surtout, si vous êtes dans l’optique de devenir végétarien ou de moins consommer de viande.

Pour vous expliquer les bienfaits du tofu allons à l’essentiel.
Voilà ce que vous devez retenir : Le tofu est une source de protéines (15g pour 100g de produit) dite d’excellente qualité car là où la viande apporte son lot d’acides gras saturés et donc de cholestérol, le tofu, lui, en est dépourvu et apporte des acides gras insaturés qui sont bénéfiques pour le corps.
Cependant, la protéine animale est dites complète car sa teneur en acides aminés est plus élevée que celle de la protéine végétale (donc du tofu). Ces acides aminés sont essentiels pour assimiler correctement les protéines que vous mangez… alors que faire ?
Et bien c’est simple, associez le tofu à des céréales.
En fait on a tendance à le faire naturellement puisqu’il peut s’agir tout simplement de pâtes, riz, blé, semoule de coucous, pain (et d’autres moins connues comme le sarrasin, l’épeautre, le maïs, le seigle…). Voilà un mariage réussi !
Petit plus, qui chez nous est devenu automatique, rajoutez des graines (voir Graines de Caro) qui sont elles aussi complémentaires au tofu et apportent une touche subtile à vos plats.

En plus d’être très digeste et agréable en bouche, le tofu s’imprègne d’à peu près toutes les saveurs avec lesquelles il est cuisiné (ingrédients, épices, sauces). Cette particularité facilite à l’extrême votre cuisine, peu importe avec quoi vous l’associez, il s’adapte et donne une valeur ajoutée à vos recettes.
Pour finir, cerise sur le gâteau (ou tofu sur le plat), il ne coûte pas cher. Nous achetons le nôtre en magasin bio à moins de 7 € le kg. Oui, voilà le gros plus ; vous disposez d’un produit bon pour la santé, facile à cuisiner et surtout biologique.

Il existe deux sortes de tofu :

  • Le tofu ferme (photo ci-dessus) : Une texture blanche, un goût neutre, il absorbe toutes les saveurs. Vous pouvez le cuisiner mariné puis sauté, dans des légumes, en purée, en brochette, en salade etc. A décliner selon vos goûts et vos envies ! Il est disponible en barquette au rayon frais de votre magasin bio.
  • Le tofu soyeux : Il s’agit là aussi d’une spécialité de soja mais qui n’a pas été pressé comme le « ferme ». C’est une sorte de flan à la texture très légère. Il est souvent utilisé pour remplacer le liant (oeufs, lait, yaourt) dans les desserts et gâteaux. Vous le trouverez également en barquette au rayon frais des boutiques bio ou dans les épiceries asiatiques sous le nom de «silken tofu».

Comment bien le conserver ? Même s’il ne s’agit pas d’un produit « fragile », une fois entamé le bloc de tofu se conserve au réfrigérateur, dans une boîte hermétique, trempé dans de l’eau claire pendant une semaine. N’hésitez pas à changer l’eau de trempage plusieurs fois par semaine pour une meilleure conservation.

Lancez vous ! N’hésitez pas à vous amuser, à créer des petites recettes bien à vous, et à jouer avec les saveurs ! Nous vous invitons aussi à partager avec nous vos découvertes et vos avis sur le tofu. Vous pouvez aussi consulter nos recettes.

Si vous voulez plus de précisions sur le tofu, vous pouvez toujours nous poser vos questions dans les commentaires ou nous contacter ici.

6 réflexions au sujet de « Le tofu »

  1. Oui parce que le ratio de méthionine n’est pas aussi important que dans la viande par exemple, mais il est néanmoins suffisant.

    Mais je vais creuser le sujet un peu plus et je te dirai quoi!

    Sinon concernant les AAE et la complémentarité des aliments, tu n’est pas obligé de les consommer dans un même repas, au cours de la même journée ça suffit. Donc tu peux consommer des céréales au matin et des légumineuses à midi, c’est ok.

  2. Ta précision est très intéressante et selon les sources, le soja et/ou tofu et tantôt dit complet (en termes d’AAE) et tantôt incomplet…
    De toute façon, il ne me viendrait pas à l’idée de manger du tofu seul donc, tant qu’à l’accompagner, autant privilégier des céréales :). Si tu as des liens ou des sources à nous donner on prend avec plaisir !

    Pour ce qui est de la « viande/protéines » c’est un vaste sujet (surtout en tant que sportif) que je résume à : assimiler des protéines animales (ou même en compléments) c’est « peut-être » plus facile sur le moment mais à quel prix pour le corps ? Gagnant sur un tableau et perdant sur tout le reste… nous avons fait notre choix !

    Au passage merci pour ton comm qui nous a permis de creuser encore un peu plus la question !

  3. Je me permets d’apporter quelques petites précisions :)
    La fève de soja a la particularité d’être une protéine complète. Une protéine est en fait une chaîne d’acides aminés et on appelle « protéine complète » une protéine qui contient tous les acides aminés essentiels. Les céréales et légumineuses contiennent aussi des protéines mais elles sont incomplètes car déficientes en un acide aminé essentiel : la plupart des céréales sont très pauvres en lysine (un des AAE, acides aminés essentiels) mais riches en méthionines (un autre AAE), par contre les légumineuses sont très riches en lysine et pauvres en méthionines. D’où le fait qu’on conseille de les associer pour bénéficier d’un apport suffisant dans tous les AAE, et donc de protéines qu’on dit « complètes ».

    Le cas du soja est identique à celui du quinoa par exemple : les protéines sont complètes et donc ne sont pas déficientes en un AAE. Pas besoin, donc, de les associer.

    Certains végétaux ont une teneur en protéine bien plus élevée que la viande, mais ce n’est pas pour ça que ces protéines sont complètes.

    • Je t’en pris, merci pour ce retour ! Donc les protéines de soja (donc du tofu) ne sont pas déficientes en méthionines ?
      La protéine de soja peut-elle être dite aussi complète que la protéine animale (dans le sens où elle posséderait l’ensemble des AAE, dans de bonnes proportions, pour être assimilée au mieux) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>