Navigation des articles

La spiruline

La spiruline fait beaucoup parler d’elle. Aliment remède ou « miracle » pour certains, simple complément alimentaire pour d’autres. Dans tous les cas, depuis que je m’y intéresse, je n’ai jamais eu d’échos négatifs sur le sujet… bien au contraire.

Elle a de quoi intriguer la plupart de ceux qui l’ont étudié (NASA, diverses ONG luttant contre la mal-nutrition et bien d’autres docteurs et/ou scientifiques…). Cette algue verte fait partie des premiers êtres vivants sur Terre qui, grâce à la photosynthèse, ont produit l’oxygène nécessaire à la vie… rien que ça.
Il s’agit d’une micro-algue qui concentre jusqu’à 70 % de protéines (dont tout les acides aminés essentiels dans des proportions permettant une assimilation optimale de ces protéines), des vitamines en veux-tu en voilà (A, B1, B2 jusqu’à B12, …), des anti-oxydants, tout plein de minéraux et oligo-éléments (fer, calcium, magnésium, phosphore, …), des acides gras et autres… L’aliment qui vous veut du bien par excellence !

Je ne vais pas vous faire un speech sur tous les usages plus ou moins reconnus que certains en font (anti-viral, renforcement immunitaire, soin de beauté, santé de la peau, des cheveux, radioprotection, lutte contre la stérilité…).
Pour ma part, j’en consommais depuis quelques années déjà mais pas de manière régulière. Ce n’est que lorsque l’on a commencé à s’orienter vers le végétarisme que j’ai vraiment commencé à en prendre tous les jours et même plusieurs fois par jour.
Pour être franc je ne dispose d’aucun « moyens » précis qui me permettraient de calculer les effets de cet algue.
Ce que je peux dire, c’est que je suis en meilleure forme physique et ce, depuis que nous avons entamé notre régime végétarien. Celui-ci impliquant beaucoup de changements, je ne pourrai pas dire ce qui fait la différence. Disons que « le tout + spiruline » me réussi bien.

Cette algue verte est très forte en goût et en poudre elle colore instantanément tout ce qui est à son contact. Au début on ne sait pas trop comment la consommer. En effet elle existe sous forme de comprimés façon « médoc » mais personnellement, je l’achète en poudre et en brindilles (ou « paillettes ») car cela me paraît être les deux meilleures façons de l’assimiler au mieux et donc de profiter de tout ses bienfaits.
Aussi je ne cherche pas à satisfaire une « dose quotidienne », je l’utilise quand j’y pense, soit à raison de 10 c à c ou 4 c à c par jour !
Mon truc préféré ? Dans les soupes… En poudre elle se marrie parfaitement aux soupes de légumes chaudes (essayez absolument celle au potiron) car plutôt que de « cacher » le goût de celles-ci, elle y ajoute une saveur particulière dont je raffole (impossible à décrire. Goûtez, vous verrez !).
Cependant il apparaît que c’est sous la forme de brindilles que la spiruline subit le moins de transformation, je privilégie donc celle-ci.
Tous les matins et au goûter, je prend un verre de jus d’orange avec une cuillère à café de ces « brindilles ». Il m’arrive aussi d’en mettre dans des smoothies ou même dans mes pâtes, mes salades, les combinaisons sont infinies…
Un aliment 100 % sain, qui peut combler vos éventuelles carences, ajouter une touche de couleur à vos plats, se consommer facilement avec un simple verre d’eau ou de jus de fruit… je ne peux que vous le conseiller !

Dernière chose, vous le verrez, il y a beaucoup de choix sur internet et dans les magasins bio, parfois avec des différences de prix très nettes. Cela à pour effet de « noyer » le consommateur et l’on s’y perd très vite.
Premièrement, c’est un produit qui paraît cher (environ 130-150 €/kg) mais vous n’en avez pas besoin en grandes quantités (une c à c = 3-5 g) donc, à vous de juger…
Deuxièmement, vous la trouverez sous trois formes : en poudre, en paillettes ou en comprimés, là aussi, à vous de voir !
Enfin, il y a autant de qualités différentes que de marques. Sur ce point, voilà ce que je valorise quand j’en achète.
-100 % naturelle (sans OGM, pesticides, additifs, colorants ni conservateurs).
-un séchage à basse température, soit environ 40°C, pour une qualité optimale.
-un conditionnement hermétique, en petite quantité (100 à 200 g) et opaque pour une meilleure conservation.

Et vous ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Si vous avez des questions ou que vous souhaitez partager vos expériences spirulinesque (recettes, remèdes, votre façon de la consommer et pourquoi) c’est avec plaisir dans les commentaires.

Pour vous éviter une tartine de mots ;) j’ai essayé de résumé le sujet tout en étant le plus complet possible. Ceci n’est donc qu’un bref aperçu sur ce que je pourrai dire. Je vous invite donc à fouiller le net et les livres pour creuser le sujet…

10 réflexions au sujet de « La spiruline »

  1. Merci de m’avoir permis par vos commentaires de découvrir votre blog. Je suis 100% en faveur d’intégrer la spiruline dans les plats, pour s’habituer au gout des algues. Au Japon, elles sont très souvent utilisées comme condiments et souvent comme légumes à part entière. Après un premier moment de surprise, on ne s’en passe plus !

    • Bonjour j’ai pris connaissance de votre site et j’ai tout particulièrement apprécier votre vidéo explicative et la dimension humaine de votre exploitation ! Un passage à retenu mon attention et je voudrais savoir si l’eau du bassin n’est en fait jamais renouvelée ? Je vais sans doute vous faire une commande d’ici peu… pour voir :) Merci

  2. Merci pour ce petit topo. Pour ce qui est de la différence entre les formats existants, les formes les plus intègres sont les brindilles et la poudre *concassée*. AMHA il n’y a pas vraiment lieu de faire la distinction – sachant qu’il y a poudre et poudre en la matière : des poudres type poussière s’oxydent en effet très rapidement, mais les poudres concassées n’offrent que très peu de surface supplémentaire à l’oxydation. Et elles ont l’avantage de se réhumidifier plus facilement et d’être donc beaucoup plus flexibles pour l’intégrer dans vos petits plats. Pour parachever le tout les « poussières » de spiruline sont obtenues par un processus de séchage très violent et sont forcément séchées à très haute température tandis qu’une poudre grossière ne peut être tirée que d’un séchage artisanal.

    • Oui merci de cette précision importante en effet ! Je ne savais pas que toutes les « poussières » étaient en fait le signe d’un séchage violent de la spiruline…
      J’ai fait l’expérience de cette poussière et c’est la première fois que j’ai vraiment ressenti une différence de qualité flagrante (notamment dans le goût) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>